Ces plongeurs de la Marine Nationale, photographiés en 1986, portent des montres Tudor référence 9401 avec un cadran bleu caractéristique.

© Joël Brun ECPAD Défense

“Autorisation de monter à bord.” Fidèle à la tradition navale, Tudor s’apprête à annoncer son grand retour dans la flotte française. Ce nouveau partenariat a été révélé dans un communiqué qui portait à la fois l’en-tête de l’horloger suisse et celui de la Marine nationale. Certes, la première montre issue de cette collaboration n’est pas encore née (il faudra attendre quelques mois, probablement jusqu’à cet automne pour en savoir plus), mais cette information permet de rappeler des souvenirs des années 1950 que Tudor avait déjà vu la «Royale» naviguer aux côtés de la «Royale».

Cette année, alors que les sports sous-marins étaient en plein essor, la marque, lancée en 1946 par Hans Wilsdorf, également fondateur de Rolex, présentait sa première montre de plongée. Avec cette pièce appelée Oyster Prince Submariner, Tudor “Frogmen” proposait un chronomètre de plongée aussi fiable que robuste et proposé à un prix abordable. Une certaine catégorie de plongeurs s’est très vite intéressée à cette montre: les soldats français. Dès 1956, le groupe d’étude et de recherche sous-marine de Toulon a reçu quelques exemples de l’Oyster Prince Submariner, références 7922 et 7923, étanche à 100 mètres et équipé de mouvements automatiques ou manuels pour les évaluer. Après avoir été testés, l’officier commandant le GERS a jugé leur étroitesse comme “parfaite” et leur comportement comme “tout à fait correct”.

Suite à cette première tentative, la Marine nationale a passé une commande, cette fois pour des modèles qui sont étanches jusqu’à 200 mètres. La Tudor Submariner Reference 7924 est née en 1958, reconnaissable à sa couronne surdimensionnée. Connue sous le nom de grande couronne, cette pièce est désormais considérée comme la montre de plongée légendaire de Tudor. Un an plus tard, c’était la référence 7928 pour voir le jour et ajouter deux épaulements en acier pour protéger la couronne.

La référence Tudor 7016, dessinée en 1969, se caractérisait par une nouvelle en une décennie à l’esthétique conçue . La combinaison d’index carrés recouverts de matière luminescente et de symboles angulaires “Snowflake” fixe de nouveaux codes visuels pour les montres de plongée de la marque.

Nul doute que les collectionneurs sont très intéressés par la référence 7016 de 1974. Pour la première fois, nous avons vu apparaître une gravure spéciale exprimant le lien avec la Marine nationale, comme l’explique Tudor: «Ces inscriptions se composent des initiales MN et de l’année de l’équipement en chiffres et sont aujourd’hui célèbres et recherchées. par les amateurs de montres militaires. “”

1975: cadran et lunette bleus pour la légendaire Tudor Oyster Prince Submariner MN référence 9401, porté sur un bracelet en tissu.

Pour les spécialistes, la plus célèbre des montres de plongée Tudor fournies à la Marine Nationale est sans aucun doute la référence 9401. Il s’agit du modèle au cadran bleu (avec lunette assortie), une couleur qui qualifie “Tudor” en 1975 – Bleu “a gagné. Évidemment avec les initiales M.N. et l’indication de l’année d’attribution, cette montre a été utilisée jusque dans les années 2000, notamment dans l’école de plongée de la Marine nationale et par les nageurs de combat. On peut le voir encore aujourd’hui sur les poignets de certains réservistes.

L’histoire des modèles Tudor livrés à la Marine nationale fait partie de la grande histoire de la plongée militaire et s’accompagne évidemment d’un certain nombre d’anecdotes. On apprend donc que les montres ont été commandées sans le typique bracelet en métal à trois maillons. Au lieu de cela, les plongeurs et les nageurs de combat les portaient sur des bracelets en nylon tressé noir. Ou de manière inhabituelle sur des bracelets faits main en élastiques de parachutes abdominaux! Des bracelets reconnaissables à leur couleur verte et à leur fil central jaune ou rouge, qui est sans aucun doute très populaire de nos jours. «Les montres Tudor, utilisées par la Marine nationale dans le passé, sont particulièrement recherchées par les collectionneurs car elles incarnent le concept de la montre-outil», confirme la maison, qui affirme que cet héritage est présent dans l’actuelle Black Bay et dans Today is collections immortalisées Pelagos. Nous attendons désormais les prochaines annonces concernant le prochain Tudor MN …

Richard Mille l’a prouvé, Purnell le confirme: grâce à leur audace, la haute horlogerie indépendante peut être attractive sans avoir cent ans.

Nue et bronzée, la Big Bang Tourbillon Automatic de l’horloger suisse montre sans vergogne ses engrenages, symbole de performance et de technologie.

INTERVIEW. «Nous sommes le nid de l’horlogerie. Même les chefs de la technologie qui fabriquent des montres intelligentes portent Patek Philippe, ce qui les ramène au sol. “”

Cuir végétal, Éconyl, éco-titane … Des marques comme Panerai, Breitling, Awake ou IWC privilégient de plus en plus les matériaux recyclés.

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu de l’article inclus dans votre annonce.

Informer à ce sujet
Votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr