Nous utilisons des cookies et d’autres technologies de suivi pour améliorer votre expérience de navigation sur notre site, afficher du contenu personnalisé et des publicités ciblées, analyser le trafic du site et comprendre d’où viennent nos publics. Pour en savoir plus ou vous désinscrire, lisez notre politique relative aux cookies. Veuillez également lire notre avis de confidentialité et nos conditions d’utilisation, qui sont entrés en vigueur le 20 décembre 2019.

Bienvenue dans la revue Week in Review : une nouvelle fonctionnalité du lundi qui revient sur la semaine des San Antonio Spurs, voit ce que les autres disent, jette un œil à la semaine à venir, et plus encore. Profitez-en, et tout commentaire ou suggestion utile pour améliorer le contenu est apprécié !

Semaine 5: 0-2 (4-11 au total) – 92-106 L @ Los Angeles Clippers; 90-115 L @ Minnesota Timberwolves

Bien que ce ne soit pas la première séquence de quatre défaites consécutives des Spurs de la saison, c’est la première fois qu’ils ont l’air vraiment « mauvais » – ou en d’autres termes, plus comme une équipe qui vise un record de cinq derniers et non le celui qui a semblé “meilleur que leur record ne l’indiquait” après avoir éliminé toutes les équipes des séries éliminatoires auxquelles ils ont été confrontés. Ces matchs « serrés » se sont pour la plupart terminés sur ce dérapage de quatre matchs, trois d’entre eux étant à deux chiffres et essentiellement terminés au quatrième trimestre.

Après avoir terminé la semaine dernière avec une défaite à domicile contre les Mavericks et avoir subi leur seule défaite à un chiffre contre les Lakers pour entamer un voyage sur la route de trois matchs, ils ont à nouveau été renversés par les Clippers sans Kawhi Leonard mardi avant peut-être leur pire match de la saison jeudi: une défaite de 25 points contre une équipe de T-Wolves qui avait eu autant de mal que les Spurs à l’arrivée.

Alors que de bonnes nouvelles sont arrivées avant le match selon lesquelles Jakob Poeltl reviendrait à l’action après avoir raté les sept derniers dans les protocoles COVID, les bonnes vibrations n’ont pas duré longtemps car les Spurs ont connu un rare mauvais premier trimestre, perdant 20 points et dépensant le reste du jeu jouant au rattrapage. Malheureusement, pour chaque course qu’ils pouvaient faire, les Timberwolves avaient une réponse. Ils ne pouvaient apparemment pas manquer, peu importe à quel point la solide défense des Spurs sur le demi-terrain les avait forcés à tirer, chaque balle 50-50 semblait aller dans le sens du Minnesota, et ils frappaient 21-49 trois, contre seulement 6-32 pour les Spurs.

En parlant de cela, après avoir découvert leur coup à trois points la semaine précédente – en touchant 47,8% d’entre eux, ce qui les a propulsés au 5e rang de la ligue dans cette catégorie – les Spurs sont revenus en moyenne de manière extrême cette semaine, se combinant pour faire seulement 11-54 trois : bon pour seulement 20,3 % et les renvoyant à la 16e place. On ne s’attend pas à ce qu’ils atteignent des chiffres aussi extrêmes comme ils l’ont fait la semaine précédente, mais ce serait bien s’ils pouvaient trouver un juste milieu entre les extrêmes, d’autant plus qu’une autre semaine difficile commence.

Nous avons déjà discuté de l’horrible tir à trois points des Spurs, et c’était la statistique de la semaine dernière, alors en voici une autre qui n’a certainement pas aidé leur cause : les tentatives de lancers francs. Les Spurs n’ont atteint la ligne que 26 fois en deux matchs, ce qui n’est pas non plus une recette pour le succès. Ils leur ont tiré sur un clip correct, atteignant 19 pour 73% (au-dessus de leur moyenne de la saison), mais c’était particulièrement coûteux et une statistique potentiellement changeante contre les Clippers, où ils n’ont tiré que 5-7 de la ligne par rapport aux Clippers ‘ 20-22. Une partie de cela pourrait être la tendance des Spurs à se contenter de tirs sautés dans le demi-terrain (alors que les Spurs continuent d’être l’une des meilleures équipes de la ligue en termes de points dans la peinture, une grande partie de cela vient en transition), et leur le manque de pouvoir de star pour persuader les arbitres n’aide pas. Quel que soit le raisonnement, il est encore extrêmement rare qu’une équipe de la NBA obtienne des tentatives de lancer franc à un chiffre dans un match, et de telles divergences laisseront toujours l’équipe du côté des perdants se demandant ce qui vient de se passer.

Les Spurs sont une équipe relativement jeune, mais ils ne se classent que 16e pour le pourcentage de leurs minutes (14 %) provenant de recrues ou de joueurs de deuxième année. Jusqu’à présent, 387 (75%) de ces 514 minutes sont venues de Devin Vassell, qui était la doublure argentée alors que les Spurs ont perdu leur quatrième match consécutif (une vilaine défaite au Minnesota jeudi au cours de laquelle les Spurs étaient menés 22-3 après sept minutes). Les 18 points de Vassell comprenaient une finition incroyablement athlétique sur une aide tardive, un pull-up 3 sur Karl-Anthony Towns et un dunk sur le gars du nettoyage. L’aile de deuxième année a une longueur utile et des instincts de défense, ainsi qu’un sauteur d’apparence lisse. Il est l’un des 11 joueurs qui ont tiré 50% ou mieux sur au moins 35 pull-up 2 points.

Le retour de Jakob Poeltl après une absence de sept matchs n’a pas aidé la défense des Spurs, qui a accordé plus de 116 points pour 100 possessions dans trois des quatre défaites de cette séquence. Seuls les Lakers, les Cavs et les Blazers ont permis à leurs adversaires de tirer un pourcentage plus élevé de leurs tirs dans la zone restreinte que les Spurs (32%), et ce nombre a été plus élevé avec Poeltl au sol (36%) qu’il ne l’a été autrement (30%).

Après avoir terminé leur première de leurs deux pauses prolongées de la saison (trois jours de congé), les Spurs sont à domicile pour neuf de leurs 12 prochains matchs. Mais c’est une période assez difficile en ce qui concerne la force de l’adversaire et les Spurs n’ont qu’une fiche de 1-6 contre les 17 équipes qui ont actuellement plus de 0,500.

Ce fut une semaine de travail légère pour San Antonio, qui n’a disputé que deux matchs en sept jours. Les deux matchs de la semaine dernière ont été des défaites, faisant chuter les Spurs à 4-11 cette saison. Cette marque est le deuxième pire départ de 15 matchs dans l’histoire de la franchise San Antonio, derrière seulement le départ 2-13 en 1996-97. Cette saison-là, Gregg Popovich a remplacé l’entraîneur-chef Bob Hill après 18 matchs. -Andrew Lopez

Le plus reconnaissant pour: l’excellence de Dejounte Murray. L’époque de Tim Duncan, Tony Parker et Manu Ginobili étant révolue depuis longtemps, une reconstruction a commencé à San Antonio, mais les Spurs n’ont pas exactement un certain nombre de pièces à construire. Heureusement, le jeu de calibre MIP de Murray prouve qu’ils ont au moins une pierre angulaire de la franchise sur la liste actuelle. – Kyle Irving

A venir : lun. 11/22 contre Phoenix Suns (13-3); Mer. 11/24 contre les Hawks d’Atlanta (8-9); Ven. 11/26 contre Boston Celtics (9-8)

Bien que les Spurs commencent un homestand bienvenu de quatre matchs cette semaine, ils auront du mal à éviter leur première séquence de cinq défaites consécutives de la saison avec les Red Hot Phoenix Suns, qui sont sur une séquence de 12 victoires consécutives, venant en ville le lundi. Cela devient un peu plus facile contre quelques prétendants à la Conférence de l’Est sous-performants, mais les deux sont également actuellement sur des séquences de victoires et trouvent leur forme, alors j’espère que les Spurs pourront faire de même dans les limites confortables de la (pas pour beaucoup plus longtemps ) Centre AT&T.

Ref: https://www.poundingtherock.com