Il a battu Ferro, 111 à 101. Les “milrayitas” n’ont pas su mettre l’arc à la victoire à plusieurs reprises, et deux supplémentaires ont été nécessaires.

Cela aurait pu être une nuit pour que les bons sentiments dépassent une très bonne victoire. Cependant, Peñarol a battu Ferro Carril Oeste hier soir, par 111 à 101, à deux reprises supplémentaires, après avoir égalé à 79 et 90. Et dans l’analyse, il y avait autant de doutes que de certitude.

Le match s’est joué au stade “Héctor Etchart”, pour une nouvelle journée de la National Basketball League. L’équipe de Mar del Plata a mis fin à une série de deux chutes consécutives.

Ferro a eu un meilleur départ. Il a joué avec plus de concept, plus naturellement, et a fait de l’Uruguayen Theo Metzger une figure. L’Uruguayen avait converti 8 des 12 points du “Vert” que lorsqu’il a atteint le milieu du segment initial, il s’est vu imposer 12-5.

Cependant, après la demande de temps mort de Carlos Romano, Peñarol a resserré les chevilles. Il a beaucoup mieux défendu et donc aussi mieux attaqué. Des places ont été ouvertes pour le tir extérieur, et les “milrayitas” ont capitalisé sur cette route de la meilleure façon (5/10 triples dans le quart d’ouverture) pour remporter la victoire partielle, malgré le fait que Ferro n’ait pas commis de chiffre d’affaires dans le segment et à peine a totalisé deux livraisons sur l’ensemble du premier semestre.
Pourtant, la caractéristique distinctive était l’équilibre. En dehors de ce début favorable pour Ferro, aucun des deux n’a pu établir une nette domination. À Peñarol, Markel Crawford s’est démarqué – il était plus à l’aise que lors du match précédent – tandis que Tony Mitchell, qui avait souffert d’un problème musculaire contre Boca, avait moins de participation.

Avec beaucoup moins de but de l’extérieur au deuxième quart-temps, les “milrayitas” ont dû devenir fortes défensivement et, à l’avance, chercher d’autres options, comme l’amélioration apparente de Franco Pennacchiotti. Cette recette a permis à l’équipe de Mar del Plata de profiter d’une longue possession au vestiaire.

Sans qu’aucun d’eux ne puisse se détacher des personnages, celui qui construisait une meilleure image à la reprise du jeu était Peñarol. Ferme derrière et avec plus de variations à marquer, il a réussi à mieux s’accommoder malgré la parité qui prévaut. Pennacchiotti (20 points, 8 rebonds et 3 passes) était un problème constant, et malgré un bon passage combiné entre Sebastián Mignani et Facundo Zárate, les hommes de Caballito étaient en retrait au début du dernier segment.

Dans ce chapitre décisif, les “milrayitas” ont pris un très bon départ. Avec l’irruption dans le jeu de Santiago Vaulet (il avait commis quelques erreurs à l’aube du match) et une formidable rafale de Mitchell, Peñarol a réalisé un revenu de 9 points (66-57) avec 6m10s à jouer.

Il y avait un long chemin à parcourir, c’est vrai, mais cette marge a été très bien gérée par l’équipe de Mar del Plata, qui a supporté sans problème, a contrôlé le rebond avec autorité dans les deux cristaux et a semblé avoir remporté le match dès la dernière minute et demie (77-68). . Mais cela s’est compliqué en soi. Le doublé de faute de Tomás Spano a été suivi d’une faute qui n’a pas réussi à marquer avec un trois-tir raté par Guido Mariani. De l’autre côté, Zárate a réduit à 77-73, et dans le remplacement, Joaquín Valinotti a donné une mauvaise passe, a perdu le ballon et a commis une faute antisportive. Et bien que Mignani n’ait marqué qu’un seul de ses coups francs, du remplacement il a converti un triple pour égaliser à 77. La stupeur a dominé Peñarol, qui a échoué à nouveau (ils ont couvert le tir de Diego Gerbaudo sur trois), bien que Valinotti ait récupéré et envoyé à la ligne. Le meneur a marqué ses deux simples mais Spano a ensuite égalisé à nouveau avec un lay-up, 4 secondes après l’épilogue. Le tir maladroit à la fin a été manqué par Mariani et a dû jouer 5 minutes de plus.

Dans le temps supplémentaire, Peñarol l’a maîtrisé, mais une erreur d’enfant de Mitchell (il s’est retiré pour faute après avoir reçu une technique) lui a donné la chance d’égaler à nouveau Ferro avec les jeux gratuits. Même ainsi, et après avoir perdu également par des fautes contre Pennacchiotti, les “milrayitas” menaient 90-87 avec 10 secondes à jouer. L’Uruguayen Metzger a décrété une autre supplémentaire avec un triple dans lequel il avait toutes les facilités.

Et dans la deuxième extension, il y avait une résolution favorable pour Peñarol, qui tordait le poignet d’un brave rival, dont la plus grande vertu était de ne jamais avoir abandonné.

Synthèse Peñarol (111): D. Gerbaudo 16, T. Monacchi 4, M. Crawford 19, F. Pennacchiotti 20 (x) et R. Acuña 4 (FI). F. Dose 4, S. Vaulet 11, J. Valinotti 9, T. Mitchell 18 (x), G. Mariani 6. DT: Carlos Romano.

Ferro Carril Oeste (101): T. Spano 14, S. Mignani 18, V. Betiga 9 et F. Benítez 8 (x) et T. Metzger 24 (FI). A. Barreras 4, F. Zárate 18 (x), J. Bello 0, R. Gusmao Costa 6 (x), I. Varisco 0. DT: Federico Fernández.

Stade: «Héctor Etchart», de Ferro Arbitres: Julio Denmark, Javier Mendoza et Maximililano Cáceres Partiels: 21-19, 39-36, 54-53, 79-79 et 90-90.

Propriétaire: Editorial La Capital S.A. | Réalisateur: Florencio Aldrey |
Numéro d’édition: 24239 | Propriété intellectuelle: DNDA 78479338 | Av. Marcelino Champagnat 2551 B7604GXA Mar del Plata, Argentine. | Téléphone: 0223 478 8490 | [email protected]

Titre associé :
Peñarol a dû gagner plus de une fois avant de pouvoir célébrer
Peñarol célébré après deux supplémentaires contre Ferro
Peñarol a de nouveau souri en battant Ferro après deux fois de plus
Peñarol a battu Ferro après deux supplémentaires

Ref: https://www.lacapitalmdp.com