J’autorise expressément le traitement de mon adresse e-mail dans le but d’envoyer des newsletters de Cofina Media, S.A .. J’ai lu et j’accepte expressément la politique de confidentialité de Cofina.

J’autorise expressément le traitement de mon adresse e-mail à des fins de communication marketing de Cofina Media, S.A..Li et j’accepte expressément la politique de confidentialité de Cofina.

J’autorise expressément le traitement de mon adresse e-mail dans le but d’envoyer des newsletters de Cofina Media, S.A .. J’ai lu et j’accepte expressément la politique de confidentialité de Cofina.

J’autorise expressément le traitement de mon adresse e-mail à des fins de communication marketing de Cofina Media, S.A..Li et j’accepte expressément la politique de confidentialité de Cofina.

A Sacavenense, enfant, il était très modeste et très simple, mais “il est arrivé sur le terrain et est devenu un monstre”. João Palhinha a célébré ses buts avec un saut périlleux, voulait jouer après la mort de son grand-père, a été rejeté par Benfica et brille maintenant au Sporting.

Le lien de João Palhinha avec le football a commencé avec des larmes. Il était déjà à Alta de Lisboa quand, à l’âge de 12 ans, et en raison de l’influence d’amis et de collègues de l’école, il décide d’aller s’entraîner à Sacavenense. Lorsqu’il a appris qu’il n’allait pas rester avec l’équipe, il a pleuré lors du voyage qu’il a ramené chez lui avec le père de Sacavém, dans le quartier d’Alameda D. Afonso Henriques, à Lisbonne.

“J’ai vu l’entraînement de Palhinha, avec un manager, et nous l’aimions beaucoup, nous avons même commenté qu’il allait rester. Mais l’entraîneur de l’époque pensait qu’il avait de meilleures équipes et nous respectons son opinion”, se souvient SAMEDI Manuel do Carmo, toujours aujourd’hui président de Sacavenense.

La saison suivante, João Palhinha allait faire de nouveaux tests au club, et cette fois il a été accepté. “Au cours des trois ans et demi qu’il a passés ici, jusqu’à son départ pour le Sporting, chez les juniors, il a toujours été partant. Il ne jouait tout simplement pas s’il était blessé ou malade. Il était un peu en dehors du terrain, très modeste, mais à l’intérieur du terrain, il s’est transformé. en monstre », poursuit Manuel do Carmo.

Ref: https://www.sabado.pt