Une équipe canadienne de rugby à sept féminin remaniée avec un nouvel entraîneur ouvre la saison des Séries mondiales demain à Dubaï. La presse canadienne photo

L’équipe canadienne féminine de rugby à sept entame la saison 2022 de la HSBC World Rugby Sevens Series avec une équipe remaniée et un nouvel entraîneur par intérim.

Jack Hanratty, d’origine irlandaise, a été chargé de diriger l’équipe jusqu’à la fin de l’année, avec des événements consécutifs à Dubaï. La première débute vendredi à huis clos au Sevens Stadium. Les spectateurs seront autorisés dans le deuxième événement du 3 au 4 décembre.

Les Canadiennes sont dans un groupe avec les Fidji, l’Irlande, la Grande-Bretagne et la Russie. Les hommes canadiens joueront dans une poule mettant en vedette les champions olympiques des Fidji, de l’Australie et de la France.

Cela fait 663 jours depuis la dernière action féminine de la série Sevens, la Nouvelle-Zélande ayant remporté les Sydney Sevens le 2 février 2020.

En raison de la pandémie, la saison féminine 2021 a été annulée bien que les Canadiennes aient participé à deux mini-événements – à Vancouver et à Edmonton en septembre – avec plusieurs équipes de haut niveau incapables de participer en raison de restrictions de voyage.

Dans l’état actuel des choses, les équipes masculines et féminines de Nouvelle-Zélande, les champions de la série 2020 et les hommes samoans ne participeront pas à Dubaï. Les Canadiennes ont terminé deuxièmes lors des deux dernières épreuves à Dubaï.

Les seules revenantes de l’équipe olympique canadienne sur la liste de Dubaï sont Elissa Alarie, Olivia Apps, Pam Buisa et Breanne Nicholas, qui dirigent l’équipe.

Ces quatre plus Emma Chown ont un total de 51 tournois des World Series à leur actif. Les huit autres feront leurs débuts sur le circuit.

Rugby Canada affirme que les vétérans olympiques Charity Williams, Keyara Wardley, Julia Greenshields et Karen Paquin n’étaient pas disponibles pour la sélection, que ce soit pour cause de blessure ou pour d’autres raisons.

L’ancienne capitaine Ghislaine Landry et ses collègues olympiennes Britt Benn, Bianca Farella, Kaili Lukan et Kayla Molesch ont pris leur retraite ou s’éloignent du rugby.

Dubaï représente un nouveau départ pour le programme féminin à sept, à la suite d’une plainte officielle en vertu de la politique d’intimidation et de harcèlement de Rugby Canada et d’une décevante neuvième place aux Jeux olympiques de Tokyo.

Rugby Canada a déclaré qu’un examen indépendant de la plainte concluait que « la conduite décrite dans la plainte reflétait les expériences des 37 athlètes NSW7 (national senior womens Sevens) », ce n’était pas un comportement qui relevait de la définition de harcèlement ou d’intimidation de la politique de l’époque. .

La nature exacte des allégations contre l’ancien entraîneur John Tait n’a pas été rendue publique. Tait les a qualifiés de « sans fondement », mais a démissionné. Il est maintenant directeur technique de B.C. Le rugby.

“Nous nous sommes vraiment concentrés sur le fait de redonner de l’amour au jeu”, a déclaré Hanratty. “Et en quelque sorte un redémarrage.”

“La seule chose que je dirai, c’est que je pense que les athlètes ont été très ouverts”, a-t-il ajouté. «Avec les nouveaux entraîneurs, il y a un certain élément de confiance qui doit être construit. De toute évidence, ils doivent nous comprendre ainsi que nos philosophies et nos styles d’entraînement et nous devons les comprendre en tant qu’athlètes et comment ils explorent le jeu.

Hanratty, 32 ans, est secondé par l’ancienne joueuse de 15 et de 7 Brittany Waters, entraîneure-chef de l’équipe féminine des Vikes de l’Université de Victoria. Avec la recherche d’un entraîneur permanent en cours, il dit qu’ils se concentrent uniquement sur les deux événements de Dubaï.

« Ce sur quoi nous nous concentrons, c’est sur ce que nous pouvons faire au jour le jour (sur une base) pour en faire un environnement amusant vraiment positif où les athlètes peuvent se concentrer sur le rugby et développer leurs connaissances du jeu de rugby. le rugby.”

Les sept femmes, qui ont remporté le bronze sous Tait aux Jeux olympiques de Rio 2016, étaient entraînées par l’Australien Mick Byrne à Tokyo cet été.

Hanratty a été assistante de Kelly Russell lors des deux événements du 7 septembre. Il est également entraîneur adjoint de l’équipe féminine des 15 ans, entraîneur-chef de l’équipe féminine des moins de 20 ans, entraîneur-chef des équipes masculine et féminine de la Nouvelle-Écosse et entraîneur de l’académie Rugby Canada au Centre canadien des sports (CSC) Atlantique à Halifax. .

L’entraîneur du Canada féminin des 15 ans, Sandro Fiorino, qualifie Hanratty de « forte communicatrice » qui connaît le paysage du rugby au Canada.

“Une bouffée d’air frais. Et c’est l’idéal. Il a beaucoup d’énergie, ce qui est génial », a déclaré Fiorino.

Hanratty s’est d’abord impliqué dans le rugby dans sa ville natale de Skerries, une ville côtière à 35 kilomètres de Dublin.

Il a continué à jouer un rôle consultatif auprès du CSC Atlantique et de Rugby Nouvelle-Écosse pendant son séjour avec l’équipe de sept.

Il travaillait comme agent de développement pour Leinster Rugby lorsqu’il est arrivé au Canada il y a neuf ans, initialement pendant sept jours pour donner un cours pour un club de rugby à Halifax. Cela s’est transformé en congé sabbatique pour l’été.

Après son retour en Irlande, il a passé un entretien avec Rugby Nova Scotia, pensant que cela pourrait durer un an environ. Il est toujours là.

“Bien que l’accent irlandais soit là, je me sens comme un absolu de la côte est, à travers la musique et mon amour des fruits de mer et tout le reste”, a déclaré Hanratty, qui a réussi son test de citoyenneté en octobre avant de sortir dans l’ouest pour prendre en charge le équipe de sept.

Olivia De Couvreur, Ottawa, Ottawa irlandaise; Renee Gonzalez, Toronto, Université de Victoria Vikes; Pamphinette Buisa, Gatineau, Qué., Ottawa Irish/Université de Victoria; Olivia Apps, Sarnia, Ont., Lindsay RFC; Breanne Nicholas, Blenheim, Ont. Londres Saint-Georges ; Emma Chown, Barrie, Ont., Aurora Barbarians; Sabrina Poulin, St-Georges de Beauce, Québec, Ville de Mont-Royal Rugby; Nakisa Levale, Abbotsford, C.-B., Abbotsford RFC; Asia Hogan-Rochester, Toronto, Toronto Nomads; Fancy Bermudez, Edmonton, Nor’Wester Athletic Association NWAA; Elissa Alarie, Trois-Rivières, Qc, RFC Westshore/RFC Sainte-Anne-de-Bellevue/Braves de Trois-Rivières; Chloe Daniels, Sutton, Ont., RC Maple Leafs Academy/Université Queen’s; Krissy Scurfield, Canmore, Alberta, Université de Victoria Vikes.

Ref: https://www.chemainusvalleycourier.ca