Manchester United a limogé Ole Gunnar Solskjör, mais Liverpool n’a pas à s’inquiéter qu’ils réussissent pour l’instant. Le chemin du retour au sommet sera difficile.

Ole Gunnar Solskjör est parti. Il s’avère qu’une défaite 4-1 contre Watford a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Même une hiérarchie aussi dysfonctionnelle que celle de Manchester United ne pouvait ignorer ce que tout le monde sait depuis un certain temps.

Lorsque les fans de Liverpool se sont moqués d’Old Trafford avec des chants incessants de ” Ole au volant “, cela aurait dû suffire à montrer que Solskjör avait emmené l’équipe aussi loin qu’il le pouvait.

Lorsque les fans de Watford chantaient la même chose, Manchester United s’est rendu compte qu’ils devaient agir, mais la réalité est que cela n’aurait pas dû prendre aussi longtemps.

Solskjör, en vérité, avait jusqu’à récemment fait du bon travail pour faire avancer Manchester United, mais même avant que les choses ne commencent à glisser, il n’a tout simplement jamais eu la qualité en termes de gestion ou d’entraînement que Jürgen Klopp, Pep Guardiola ou Thomas Tuchel font. .

L’inquiétude du point de vue de Liverpool â???? et même cela ne sera pas immédiat, puisque Darren Fletcher et Michael Carrick, deux entraîneurs sous le régime de Solskjör, prennent en charge par intérim â???? sera qu’une fois que Manchester United se trouvera un manager permanent, il pourra peut-être se ressaisir en tant que groupe.

La liste des noms qui ont déjà été liés est longue : de Brendan Rodgers à Zinedine Zidane, en passant par Ralf Rangnick, Erik ten Hag et bien d’autres.

Julen Lopetegui a été présenté comme une option à plus long terme, tandis que Laurent Blanc a été présenté comme quelqu’un qui pourrait occuper le poste à court terme jusqu’à la fin de la saison.

Si, comme prévu, Manchester United attend la fin de la campagne pour nommer un manager permanent pour les faire avancer, alors Mauricio Pochettino pourrait entrer dans l’équation s’il quitte le PSG.

Mais que Manchester United soit en Ligue des champions la saison prochaine, cependant, la façon dont les choses se passent est douteuse.

Premièrement, le conseil d’administration et la structure d’Old Trafford restent les mêmes même si Solskjör a été supprimé. Des méthodes de recrutement obsolètes, un manque de cohésion au sein du club et plus d’accent sur la création de revenus que sur la conquête de trophées â???? rien de tout cela ne change simplement avec un nouveau gestionnaire en place, et pourrait même dissuader les bons candidats potentiels d’accepter le poste.

Deuxièmement, l’énigme de Cristiano Ronaldo demeure. Signé davantage comme exercice de relations publiques et pour empêcher la superstar portugaise de rejoindre son rival Man City, l’attaquant, qui aura 37 ans en février, a marqué neuf fois en 11 matchs depuis son retour à Manchester cet été, avec certains de ces buts cruciaux tard gagnants pour tirer son équipe du bourbier.

Mais l’impact de sa signature a-t-il vraiment été aussi important ? Après avoir passé deux étés consécutifs à courir après Jadon Sancho, pour finalement le signer pour un bon rapport qualité-prix mais toujours considérable, 72 millions de livres sterling, ces plans ont été rejetés par la fenêtre lorsque la chance de signer Ronaldo s’est présentée.

Sancho n’a pas encore marqué ou aidé en 14 apparitions et a largement dû venir du banc. La saison dernière, pour le Borussia Dortmund, il a inscrit 36 ​​buts en 38 matches.

Mason Greenwood, l’un des talents les plus brillants du football mondial et avec un plafond presque aussi haut que n’importe qui du même âge, a vu son rôle limité à Ronaldo, et on peut probablement en dire autant de Marcus Rashford.

Bruno Fernandes, lui aussi, malgré l’arrivée de son compatriote portugais, est tombé d’une falaise en termes de nombre de buts et d’influence globale.

Une partie de la raison de ces contre-performances est l’incapacité de Solskjör à intégrer ses joueurs dans un système approprié ou à les entraîner de manière cohérente. Mais c’est en partie le résultat d’un mauvais recrutement, d’une faible planification en dehors du terrain et d’une équipe totalement déséquilibrée.

En bref, le retrait de Solskjör de son travail n’est qu’une chose parmi tant d’autres qui doit changer ; il reste encore beaucoup à résoudre avant que Manchester United ne soit même à distance une menace pour le titre de Premier League ou la Ligue des champions.

Entre Solskjör, Ronaldo et de multiples facteurs en dehors du terrain, Manchester United, malgré l’actualité d’aujourd’hui, reste dans une pagaille considérable.

Ref: https://www.liverpool.com