Kimmich, Gnabry, Musiala, Cuisance et Poplar-Moting sont tous absents du match de Ligue des champions avec le Dynamo Kiev mardi “après un contact avec une personne diagnostiquée covid-19”, selon le club. Le quintette est contre la vaccination et verra son salaire réduit pendant cette période de quarantaine obligatoire d’au moins une semaine. En vertu des nouvelles lois en Allemagne, les entreprises peuvent réduire les salaires des personnes non immunisées et les joueurs ont été inclus dans cette recommandation gouvernementale, réglementée le 1er novembre.

Le Bayern souffre de l’insistance de ses athlètes à éviter les vaccinations. La semaine dernière, avant de s’incliner face à Augsbourg en Bundesliga, ils ont été empêchés de se concentrer avec l’équipe dans un hôtel en Bavière. Même ainsi, trois d’entre eux figuraient parmi les personnes répertoriées.

Il se trouve que maintenant ce seront des absences sous la possibilité d’être avec covid-19. Le quintette a été irrité par la fuite d’informations selon lesquelles leur salaire serait réduit et menace d’aller en justice contre le club. Kimmich a déjà déclaré ouvertement qu’il ne prendra pas le vaccin tant qu’il ne connaîtra pas les réactions dans un court laps de temps.

L’affaire a provoqué la colère de l’entraîneur Julian Nagelsmann, qui a demandé que de telles nouvelles soient préservées au sein du club pour éviter des troubles inutiles. “Je ne suis pas content que certaines informations privilégiées soient divulguées. À propos de choses privées, de coronavirus, de la raison, de ce qu’ils doivent payer, de ce qu’ils obtiennent et de ce qu’ils ne reçoivent pas. Bien si c’était un peu plus fermé. Cela fait partie de l’entreprise, mais ce n’est pas la bonne partie de l’entreprise », a-t-il congédié.

“En gros, je m’amuse plus quand tout va bien. Ces bruits font partie du Bayern, ça a toujours été comme ça. Cependant, je suis surpris que nous soyons le seul club à vivre quelque chose comme ça”, a poursuivi l’entraîneur, disant qu’il acceptait l’opinion de tout le monde et pensait que la controverse était exagérée. “C’est une distinction par rapport à un groupe qui peut discuter de sujets controversés et l’équipe le fait. Il peut y avoir des opinions différentes. Je ne pense pas que ça va briser l’équipe, mais ça va l’aider à grandir.”

Ref: https://www.terra.com.br