Jordan Brown poursuit sa remarquable forme au Welsh Open alors qu’il mène Ronnie O’Sullivan 5-3 après la première séance au Celtic Manor.

Le numéro 81 mondial a une chance de devenir le vainqueur le plus bas d’un événement de classement depuis 1993 s’il peut battre le Rocket dans la course à neuf images.

Les pauses de 107, 78 et 58 de Brown l’ont aidé sur son chemin, mais ce n’est pas comme si O’Sullivan joue mal et que l’opprimé capitalise.

Le champion du monde a fait des pauses de 135. 121 et 74 lui-même et sera surpris de se retrouver derrière l’homme qui participait à sa première finale de classement.

Un outsider 8/1 avec les bookmakers entrant dans le match, Brown s’est rapidement installé, prenant la première image, dans laquelle les deux hommes avaient des chances.

L’Irlandais du Nord a alors commencé à bien trouver son rythme, faisant une pause de 58 dans la seconde pour aller 2-0.

O’Sullivan a répondu avec un 74 dans le troisième, mais Brown était tout sauf secoué et a montré une qualité sérieuse avec un 78 et un 107 dans les deux images suivantes, prenant une avance de 4-1.

Le Rocket n’avait marqué aucun point ni dans le quatrième ni dans le cinquième cadre, mais le champion du monde n’est pas écarté si facilement et il est revenu pour frapper des siècles consécutifs de 135 et 121 pour revenir dans un cadre.

La dernière image de la première session semblait énorme car les deux avaient de bonnes chances dans les balles de le réclamer et si le Rocket était allé au niveau, il serait le favori écrasant, mais c’était Brown qui l’a pincé.

Beaucoup voudront toujours que le champion du monde continue à gagner même à partir de 5-3, mais Brown joue superbement et se met dans une excellente position.

Les deux hommes reviennent à la table du Celtic Manor dimanche à 19 heures pour terminer leur course à neuf cadres.

PLUS: Ronnie O’Sullivan commente que «n’a pas bien marché» avec Jordan Brown

PLUS: Mark Williams envoie un message à Jordan Brown avant la finale du Ronnie O’Sullivan Welsh Open

Ref: https://metro.co.uk