Gianluigi Buffon est une légende du football italien. A 43 ans, il est toujours actif à Parme, après la moitié de sa vie à la Juventus et son passage au PSG, le grand géant français. Dans une interview qui recueille La Gazzetta dello Sport, il s’ouvre sur certains aspects passés de sa carrière et donne un avis éclairé sur la situation actuelle à la Juventus.

« En février 2018, j’avais décidé d’arrêter parce que je pensais atteindre la Coupe du monde et je voulais boucler la boucle avec ça. J’ai dit à mon agent que je voulais démissionner à moins que quelqu’un du Real Madrid, de Barcelone et du PSG ne m’appelle. Et après vingt jours, l’appel est venu. A cette époque, il me semblait dommage de renoncer à une expérience similaire, dans un club similaire et avec une offre économique aussi importante que celle-là », révèle Buffon.

Paris a été la destination d’un autre gardien italien, Gigio Donnarumma. Sur la décision du gardien de l’équipe italienne il n’hésite pas, il avait raison : « Je pense que Gigio a pris une décision plus que justifiée. Cette saison, il a quelques difficultés, mais je pense qu’il débutera dans un avenir proche.

Quatre ans après cet appel du PSG, Buffon continue et pense ainsi à la Coupe du monde de l’année prochaine, après que la Coupe du monde 2018 ait mal tourné en ne se qualifiant pas. Désormais, l’Italie devra mériter sa participation aux barrages. Malgré cela, reconnaît que la Coupe du monde au Qatar est une motivation pour continuer. Ça et monter avec Parme : Buffon a toujours parlé du rêve d’aller au Qatar comme carburant pour avancer : « C’est l’excuse pour continuer à jouer. Mais maintenant la route est difficile, cette sélection risque de finir comme celle de Ventura (le sélectionneur qui a dirigé les bleus quand la débâcle d’être exclu de la Coupe du monde 2018 s’est produite) : « Il y a des similitudes, la différence c’est que cette sélection a plus de certitude aussi en raison du succès inattendu dans le Championnat d’Europe. Et quand on est certain, il est plus facile de surmonter les moments difficiles. « Et il a analysé le match nul avec la Suède : « C’était le prélude à une équipe qui n’aurait pas réussi. On a fait des erreurs et on a fait de trop grosses erreurs qui ne nous ont pas permis d’aller en Coupe du monde. Les fautes appartiennent à tout le monde, je l’ai toujours dit. Lorsque vous échouez, tout le monde le fait, le staff, l’entraîneur et tous les joueurs. “

Sur la Juventus actuelle et sur laquelle il a dû vivre : « La Juve ne joue pas mal. Lorsque la Juve gagne, ils le font comme une équipe solide et compacte qui ne laisse aucun espace et rend donc le jeu moche. Notre Juve, qui a atteint la finale de la Ligue des champions à deux reprises, était solide, puis elle n’a pas gagné car elle a joué contre Barcelone et le Real Madrid quatre fois mieux que nous. Mais sans ces caractéristiques, nous n’aurions jamais atteint la finale. “

Il a également reconnu les difficultés liées à la direction de cette équipe : « Pour Sarri, c’était décourageant d’être médiateur, Pirlo n’a pas échoué. J’étais proche d’Atalanta à l’époque… Il m’a convaincu. Concernant la relation de Pirlo avec Cristiano, il a déclaré : « Si Ronaldo n’était plus convaincu qu’il restait, il avait raison de partir. Et Allegri a eu raison de revenir car on voit qu’il est convaincu qu’il le fait. “

Titre associé :
“J’ai dit à mon agent que je n’assisterais qu’à l’appel de Madrid, Barcelone et PSG”
Buffon à Tiki Taka : 'Sarri, Pirlo, Atalanta, Donnarumma et … Ventura'

Ref: https://sportsfinding.com