La victoire 3-2 de Flamengo sur LDU, à Quito, apporte à la fois des raisons de se réjouir et de s’inquiéter. Pour la première fois, l’équipe rouge-noire termine le premier tour de la phase de groupes Libertadores avec 100% de succès. De plus, il a pratiquement dirigé la vacance dans les octaves. Seulement, encore une fois, le déséquilibre a assuré beaucoup de tension.

Il y a eu deux moments différents. Dans le premier, un Flamengo impeccable qui n’a pas dominé l’altitude et l’adversaire. Dans le second, une performance opposée, qui a presque coûté les trois points.

Mais ils sont venus. Flamengo a atteint 9 points et a cinq points d’avance sur LDU, deuxième du groupe G. Mardi prochain, il jouera à nouveau à l’extérieur. Visitez l’Unión La Calera, au Chili.

À l’altitude de Quito pour la troisième année consécutive, Flamengo a déjà montré comment se comporter. Il a avancé ses lignes de score la plupart du temps, empêchant l’adversaire de dominer, échangeait des passes avec patience, faisait tourner le ballon et valorisait la possession. Avec cela, il a dicté le rythme du jeu lui-même et a empêché l’usure de chasser son adversaire.

Les rouges-noirs ont commencé à récolter les fruits tôt. Avec 2 minutes, Éverton Ribeiro a donné à Gabigol une excellente passe pour emmener le gardien à l’arrivée et ouvrir le score. Le milieu de terrain, à terre et fortement critiqué par la foule depuis l’année dernière, a réalisé un match qui a rappelé ses meilleurs moments. Il a distribué d’autres bonnes balles et a terminé avec danger.

Mais ce n’était pas une bonne soirée juste pour le maillot 7. Appliqué collectivement, Flamengo a vu les autres joueurs briller. L’enchère pour le deuxième but résume bien la situation. Le déménagement est né d’un beau complot entre Diego, João Gomes, Arrasceta, Gabigol et Bruno Henrique. C’était au dernier à finir de l’extérieur de la surface avec soin et à marquer un superbe but par couverture, à 29 ans.

Le problème est que le scénario parfait de la première mi-temps ne semble pas avoir été suffisant pour que les rouges-noirs maintiennent leur stratégie autour de la pause. Flamengo est revenu en donnant plus d’espace à LDU, qui a profité de la gentillesse et a imposé son jeu. Pour terminer, l’équipe brésilienne a tout de même perdu Diego Alves, avec une douleur à la cuisse droite. Plus motivé que le titulaire, le remplaçant Hugo Souza n’a pas passé la même confiance.

Le résultat a été un massacre. En 15 minutes, les Equatoriens ont atteint l’égalité. Diminué à 4, avec Borja; et laissé tout comme 15, avec Amarilla. Les deux buts en ballons aériens relevés dans la surface, un drame pour Flamengo de Rogério Ceni.

Avec le match nul, les Équatoriens ont réduit l’élan. Et le match se dirigeait vers un match nul, ce qui aurait eu le goût de frustration pour Flamengo, compte tenu des circonstances du match. Jusqu’à ce qu’Arrascaeta soit abattu dans la région par Corozo. Penalty que Gabigol a de nouveau converti avec facilité, à 39 ans. Avec le 16e but à Libertadores, il a égalé Zico en tant que meilleur buteur du club dans la compétition et a remporté la victoire. Mais avec beaucoup d’étouffement.

Ref: https://extra.globo.com