En plus de deux défaites lors des cinq derniers matchs, les conséquences des cas de coronavirus pourraient changer l’environnement à Munich. L’entraîneur assure l’unité.

Le « rouleau à vapeur », la « machine à déborder », les « imbattables » de Munich. Expressions utilisées – et logiquement – ​​pour décrire le Bayern Munich, jusqu’à fin octobre. Mais ces dernières semaines, trois situations ont changé l’environnement.

Jusqu’au 27 octobre, les champions d’Allemagne n’avaient perdu qu’une seule fois, en 14 matchs. Il a battu presque tout le monde et la majorité avec le droit à la déroute (Benfica le dit). Mais le Borussia Mönchengladbach a retenu le Bayern, et de quelle manière, avec une victoire 5-0 en Coupe d’Allemagne. Trois triomphes ont suivi, le dernier serré, et dans le dernier match une autre défaite ; et contre Augsbourg, qui était dans la zone de relégation.

Peu de temps après, troisième situation et peut-être celle qui ébranlera le plus l’équipe munichoise : les sept cas positifs de COVID-19.

A l’heure où l’Allemagne a des records de plus en plus inquiétants (et il y a déjà confirmation de stades sans public ou avec une limite de fans), Joshua Kimmich, Serge Gnabry, Jamal Musiala, Eric Maxim Choupo-Moting et Michael Cuisance ont tous été testés positifs. Aucun d’entre eux n’est vacciné.

Tout le monde est en quarantaine, tout le monde est absent pour les prochains matchs, mais plus que cela, la direction du Bayern a décidé de suivre une nouvelle loi nationale, qui prévoit la possibilité pour l’entreprise de réduire le salaire d’un employé non vacciné qui reste en isolement.

Ainsi, les cinq joueurs ne recevront pas de salaire pour les jours où ils ne s’entraîneront pas ou ne joueront pas.

Joshua Kimmich, qui a déclaré publiquement qu’il n’avait pas été vacciné contre le COVID-19, pourrait porter plainte devant le tribunal contre le conseil d’administration de son club.

Et, ainsi, un “chaos” se crée au Bayern, écrit le journal Bild, qui précise que cette décision pourrait engendrer de la frustration au sein de l’équipe.

L’entraîneur Julian Nagelsmann a rejeté cette idée, en prévision du match contre le Dynamo Kiev, déclarant au groupe de Ligue des champions du Benfica : « Nous devons être les uns pour les autres. Cela ne brisera pas l’équipe. Nous devons grandir à partir de cela ».

Nagelsmann a déploré que cette information ait été publiée dans tant de journaux : « Je ne suis pas content, certaines informations privilégiées ne devraient pas partir d’ici. Informations sur les choses privées, sur le coronavirus, pourquoi, ce qu’ils doivent payer, ce qu’ils obtiennent et ce qu’ils n’obtiennent pas. Ce ne sont pas des choses qui mettent en péril notre réussite sportive, mais ce serait bien si c’était un peu plus fermé. Cela fait partie de l’entreprise, mais ce n’est pas la bonne partie de l’entreprise.

Le prochain match du Bayern est prévu ce mardi, contre le Dynamo Kiev. Les Allemands sont déjà qualifiés pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Enregistrez mon nom, mon e-mail et mon site Web dans ce navigateur pour la prochaine fois que je commente.

© 2021 Haricots frais | AEIOU Ad NetworksStatut éditorial | Données techniques | Politique de confidentialité | Publicité

Ref: https://zap.aeiou.pt