Pas étonnant que la France de Corinne Diacre dispute son quatrième quart de finale de Championnat d’Europe ce samedi (21h). Comme lors des éditions 2009 2013 et 2017, les Bleues arrivent avec l’ambition de se hisser dans un dernier carré jamais atteint.

En 2009, la Norvège a accueilli le dixième Championnat d’Europe de football féminin, le quatrième auquel la France a participé. Eliminée au premier tour des trois éditions précédentes, la quatrième meilleure nation du continent peut rêver d’accéder enfin aux huitièmes de finale. Les Bleues ont hérité d’un groupe solide avec l’Allemagne comme favorite, vainqueurs en 1995, 1997, 2001 et 2005.

Malgré une défaite 5-1 face aux futurs champions d’Europe, la France remonte à la deuxième place, grâce à une meilleure différence de buts que la Norvège. Pour leur premier quart de finale, les Bleues ont hérité des Pays-Bas. Et même avec une journée de récupération en moins, les coéquipières de Laura Georges montrent de belles choses et coincent leurs adversaires devant leur but. Rien à redire aux Néerlandais qui ne travaillent en contre-attaque que pendant 120 minutes.

Malgré plusieurs poteaux et quelques arrêts de Koster, capitaine des Pays-Bas, rien n’y fait. Le sort des Bleus semble scellé. Même la dernière tête d’Amandine Henry à la 119e minute n’a pas fait trembler les filets et est morte à quelques millimètres du but.

Il y a aussi un manque de succès lors de la série de tirs au but. Sur les six tirs du Français, trois sont ratés, dont deux finissent sur le poteau. Une élimination 5-4 aux tirs au but qui laisse un sentiment d’inachevé alors que cette équipe pouvait espérer mieux.

Après avoir terminé quatrième de la Coupe du monde 2011 et des JO 2012, le groupe de Bruno Bini débarque en Suède avec l’ambition de remporter un premier trophée. La phase de groupes a redonné confiance aux Bleues, qui ont remporté leurs trois matchs en inscrivant sept buts et en encaissant un seul.

D’abord, la France s’offre le luxe d’un troisième groupe, le Danemark, et ses deux petits points dans le groupe A. Pourtant, la différence ne se fait pas vraiment sentir face aux héroïques Scandinaves plus déterminés que leur adversaire.

Après l’ouverture du score à la 28e minute, les Danois grincent des dents et laissent approcher les timides Français. Le but égalisateur de Necib à la 72e minute, sur penalty, a donné de l’élan à toute une équipe qui aurait dû en marquer un autre dans le temps additionnel. Les Bleues se sont alors mises à dominer, mais sans passer devant.

Comme en 2009, la France a atteint les quarts de finale aux tirs au but (4-2) face à une équipe beaucoup plus faible. Cette nouvelle élimination coûte sa place d’entraîneur à Bruno Bini, limogé de ses fonctions le 30 juillet 2013.

Si la phase de poules 2017 est beaucoup plus lente que lors des éditions précédentes (1 victoire, 2 nuls), l’objectif est tout de même d’atteindre au moins les demi-finales. Pour cela, encore faut-il venir à bout d’Anglaises bien plus entreprenantes dans le groupe D avec 3 victoires et 9 buts.

Emmenées par Olivier Échouafni, le jeu des Bleues est beaucoup plus rude, même derrière, à l’image du jeune Karchaoui, alors âgé de 21 ans, victime des attentats de Lucy Bronze et Jordan Nobbs. Ses coéquipiers offensifs du soir, Diani (remplacé par Thomis), Delie (remplacé par Le Bihan) et Le Sommer ne sont pas très soucieux de défendre l’équipe adverse.

L’ouverture du score de Taylor, meilleur buteur du championnat, ne change rien aux faibles ambitions françaises, comme si le pari avait été oublié. Contrairement à 2009 et 2013, la fin de l’année 2017 prend tout son sens et la sanction d’un collectif très mal huilé intervient à seulement deux ans d’une Coupe du monde à domicile.

#Foot #Euro #Bleues #fléau #des #quarts #finale

Source: lequipe.fr/Football

VIDEO A REGARDER ABSOLUMENT

VIDEO A REGARDER ABSOLUMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here