« Quel est votre état d’esprit au lendemain de la qualification pour les demi-finales du Championnat d’Europe, réalisée aux dépens des Pays-Bas (1-0 a.p.).
Forcément il y a beaucoup de joie, nous avons enfin réussi à passer ce cap des quarts de finale. Il y avait beaucoup de joie dans le vestiaire, on en a vraiment profité. Aujourd’hui nous essayons de basculer au maximum pour mieux préparer ce qui va arriver, car ce n’est pas encore fini.

Vous faites partie des trois joueurs de champ qui ont débuté les quatre matches de ce Championnat d’Europe (Bilbault, Diani, Renard). Comment traitez-vous cette série ? Comment vous préparez-vous au mieux pour l’Allemagne ?
Nous avions l’habitude d’avoir un mois de préparation. Le but était de bien se préparer pour tenter d’arriver jusqu’au 31 juillet. Je fais confiance à notre personnel, je pense que la préparation que nous avons faite était de bonne qualité. Nous sommes physiquement préparés à aller à l’extrême.

Comment expliquez-vous l’impression de sérénité qui se dégage du groupe ?
Nous avons joué ensemble pendant quelques années, nous nous connaissons tous. Nous connaissons tous nos personnages. Le plus important était cette sérénité et cette entraide lors des matchs, même si ce n’était pas toujours facile. C’est important d’avoir un coéquipier qui nous dise des mots qui nous rassurent, nous aident quand ça ne va pas pour nous.

Quel est le rôle de Corinne Diacre là-dedans, par ses propos et son attitude ?
C’est une coach qui nous parle souvent, surtout avant les matchs. Il est là pour nous rassurer, pour nous donner des repères sur ce qu’il faut réaliser dans certains types de compétitions. Elle a joué un rôle assez important, surtout depuis le début de la compétition.

Jouer une demi-finale de Championnat d’Europe est une découverte pour vous. Y a-t-il de la peur, ou plutôt l’envie d’en découdre ?
Atteindre ce stade était l’un de nos premiers objectifs. On sait pourquoi on est là, on veut vraiment aller le plus loin possible. Ensemble nous allons nous mobiliser pour donner le meilleur de nous-mêmes et tenter d’atteindre la finale.

Quels souvenirs gardez-vous du quart de finale de Coupe du monde perdu face à l’Allemagne en 2015 (1-1, 4-5 tabs) ?
Ça remonte, hein ! Pour moi c’était le premier gros match avec les A, donc bien sûr je n’ai que de bons souvenirs malgré l’élimination. Mes premières minutes dans un tournoi majeur. Malheureusement on s’est arrêté en quart de finale contre l’Allemagne, mais aujourd’hui j’ai vraiment envie de prendre ma revanche, disons.

Comment l’absence de Marie-Antoinette Katoto affecte-t-elle votre jeu ? Vous avez notamment pris l’avant-garde de l’attaque après le départ de Melvine Malard contre les Pays-Bas…
C’est vrai que Marie est une très bonne attaquante, j’avais l’habitude de jouer avec elle en club donc je la comprenais très bien. Malheureusement, elle s’est blessée et nous devons faire avec. Nous avons assez de qualité pour rattraper cette absence. C’est ce que nous avons fait. J’ai aussi évolué vers avancé. On va dire que ce n’est pas la position où je me sens le plus à l’aise. Mais si j’ai besoin d’aider, je le ferai, même si ma position préférée est à droite. »

#Bleues #Diani #sait #pourquoi #est #là

Source: lequipe.fr/Football

VIDEO A REGARDER ABSOLUMENT

VIDEO A REGARDER ABSOLUMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here