C’est une grande soirée pour Tony Yoka. Le Français disputera ce samedi le 12e combat de sa carrière professionnelle. Il affrontera un adversaire célèbre, le Congolais Martin Bakole (17 victoires, 1 défaite). Un combat qui peut le réconforter sans ses ambitions.

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘dfp_native’);
});
site_config_js.dfp_ids.push(‘native’);

«Ce combat est un tournant, je le sais. Demain on me proposera peut-être d’affronter Oleksandr Usyk, le champion du monde. Ensuite je relève le défi car j’aime les défis, je fais un métier à risque et je prends tout. Je n’ai peur de personne”assure le champion olympique de Rio dans les colonnes de Paris.

“Je suis au-dessus de mon classement”

Bakole est 13ème du classement BoxRec, un classement non officiel qui sert de référence en boxe. Yoka, lui, apparaît à la 15e place. Mais il ne fait pas confiance à cette hiérarchie.

“J’accepte d’affronter tout le monde car je suis au-dessus de mon classement réel et je suis taillé pour devenir Champion du Monde des Poids Lourds. Simplement, je n’ai plus fixé de date pour y arriver avec tout ce qui s’est passé.”il annonce.

Yoka a évoqué toutes les péripéties qui ont marqué sa carrière professionnelle qui l’ont freiné dans son plan d’action : sa suspension faute de lieu, le Covid, les combats annulés, comme cette demi-finale mondiale contre Filip Hrgovic qui n’a pu être fixée. Cela explique pourquoi Yoka n’a eu que 11 combats professionnels et n’a pas combattu depuis sa victoire convaincante sur le Croate Petar Milas en septembre dernier. Il jouera très gros face à Bakole.