Désormais, un peu plus de cinq mois après le début de la Coupe du monde 2022, les Bleus connaissent enfin leurs trois adversaires du premier tour. Le tirage au sort du 1er avril leur avait décerné, outre la Tunisie et le Danemark, le vainqueur du barrage entre le Pérou et l’Australie et les Émirats arabes unis. Un barrage dont l’Australie a triomphé,

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘dfp_native’);
});

site_config_js.dfp_ids = site_config_js.dfp_ids || [] ;
site_config_js.dfp_ids.push(
‘native’
);site_config_js.dfp_refreshed[‘native’] = true;
console.log(‘init adverspace : https://www.cloudelivr.com/p1/hotspots?url=https%3A%2F%2Fwww.football.fr%2Fcoupe-du-monde-2022%2Fqatar-2022-mauvaise-nouvelle-pour-les-bleus-3-548696.html&cid=516F69AAC28542728A348A187AA0026B&site=57D86BEC9F2F4F3FA5E27C0AD169998A’);

fetch(‘https://www.cloudelivr.com/p1/hotspots?url=https%3A%2F%2Fwww.football.fr%2Fcoupe-du-monde-2022%2Fqatar-2022-mauvaise-nouvelle-pour-les-bleus-3-548696.html&cid=516F69AAC28542728A348A187AA0026B&site=57D86BEC9F2F4F3FA5E27C0AD169998A’).then(
function(response){
if(response.ok){
console.log(‘ok adverspace’);
response.json().then(function(json){

if (json != undefined) {
console.log(json) ;
console.log(‘len : ‘+json.data.length) ;
console.log(json.data) ;

if(json.data.length > 0){

var div_adverspace = document.getElementById(‘div_adverspace’);

if (typeof(div_adverspace) != ‘undefined’ && div_adverspace != null){

var node = document.createElement(“h3”);
var nodespan = document.createElement(“span”);
node.appendChild(nodespan);

var textnode = document.createTextNode(“Recherches populaires”);
nodespan.appendChild(textnode);
div_adverspace.appendChild(node);

var noderow = document.createElement(“div”);
noderow.className=”row bloc_adverspace”;

json.data.forEach((item, index) => {
console.log(‘mot : ‘+item);

var nodecol = document.createElement(“div”);
nodecol.className=”col-md-6 key_adverspace”;

var nodea = document.createElement(“a”);
nodea.setAttribute(‘href’, “/adverspace-shopping/”+548696+”/”+item);

var textnode = document.createTextNode(item);
nodecol.appendChild(nodea);
nodea.appendChild(textnode);
noderow.appendChild(nodecol);
})
div_adverspace.appendChild(noderow);

}
}
}
}) ;
}
}).catch(function(error){
console.log(“Error adverspace : ” + error.message)
});

En effet, après avoir dominé l’équipe des Émirats, les Socceroos ont vaincu le Pérou aux tirs au but et se sont qualifiés pour la Coupe du monde pour la sixième fois. Les hommes de Didier Deschamps, qui rencontreront l’Australie pour son premier match dans le groupe D, ont quelques regrets. Le Pérou est en effet un véritable porte-bonheur à la Coupe du monde et une confrontation avec la Blanquirroja était par définition porteuse d’espoir. Dans chacune de ses cinq participations à la Coupe du monde, le Pérou a en effet rencontré l’éventuel vainqueur.

En 1930, le Pérou s’incline en phase de groupes face à l’Uruguay (0-1), remporté plus tard par l’Argentine. Rebelote quarante ans plus tard lors de la Coupe du monde au Mexique où le Pérou avait souffert en quart de finale (4-2) sous la loi du Brésil. En 1978, le Pérou avait chuté durement contre l’Argentine (6-0) lors de la deuxième phase de groupes, tandis qu’en 1982 l’Italie avait profité de la phase de groupes malgré un nul (1-1). Enfin, la série s’est poursuivie en 2018 puisque les Bleus y avaient déjà rencontré le Pérou avec un succès minime à la clé (1-0) lors de la phase de poules.

A lire aussi :Qatar 2022 : ça va être l’Australie pour les Bleus !Qatar 2022 : l’ombre de l’exclusion plane sur la FranceQatar 2002 : Grosse menace pour les Bleus ?Qatar 2022 : « France out ! “, les Bleus concentrés…