L’été s’annonce historique pour le cyclisme féminin. Douze ans après la dernière édition, le Tour de France féminin s’apprête à refaire surface. Une Grande Boucle au départ de Paris le jour où les hommes arrivent sur les Champs-Élysées et emmènera les coureurs au sommet de la Planche des Belles-Filles huit jours plus tard. Un retour particulièrement attendu qui devrait permettre au cyclisme féminin d’entrer dans une nouvelle ère, a déclaré Marion Rousse, qui a été nommée directrice du Women’s Tour à l’automne dernier.

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘dfp_native’);
});
site_config_js.dfp_ids.push(‘native’);

250 000 € de prix en argent

“On espère avec ce Tour de France donner des idées aux femmes et faire du cyclisme féminin à la télé non pas une curiosité mais une normalité”, confiait-elle dans un entretien à l’AFP, bien décidée à combler le fossé énorme entre le cyclisme masculin et son homologue féminin. Surtout financièrement. Alors que les coureuses se partageront environ 2,3 millions d’euros lors du prochain Tour de France, les femmes doivent se contenter de 250 000 euros. Un écart à relativiser selon le Nordiste.

Voir ce post sur Instagram

Une publication partagée par Marion Rousse (@rousse_marion)

Un faux débat ?

« Si on la compare à une course masculine de huit jours comme le Dauphiné ou Paris-Nice, on est au-dessus de la grille masculine. elle a fait confiance. Les primes sont presque un faux débat. On en parle beaucoup, mais ce n’est pas pour ça que les filles veulent vivre. C’est plus important de voir ce que va apporter le Tour de France féminin : l’impact médiatique qu’on va créer et l’argent qui va avec pour avoir une stabilité financière et augmenter les salaires. †

Voir ce post sur Instagram

Une publication partagée par Marion Rousse (@rousse_marion)

Nous avions l’habitude de travailler sur le côté

L’ancien champion de France a également souligné le bond en avant observé ces dernières années. « Dans six ans, ça n’aura plus rien à voir. Un salaire minimum a été introduit dans WorldTeams. Auparavant, à part trois ou quatre filles payées qui se battaient entre elles, nous devions travailler les autres, comme moi, à l’écart. Il y avait une grande différence de niveau, elle a expliqué. Je n’ai jamais connu les voitures qu’ils ont maintenant comme les hommes : nous nous sommes retournés dans les coffres des voitures. Nous avions un statut professionnel, mais il n’y avait rien de professionnel là-dedans. Je me suis retrouvé dans des courses avec des voitures allant dans le mauvais sens. †

Et la compagne de Julian Alaphilippe de poursuivre : « L’évolution s’est fait sentir à la télé. Des stratégies de course ont été mises en place. Ce n’est pas la même fille qui gagne à chaque fois. Il y avait une homogénéité. Il fallait commencer par là avant d’avoir un Tour de France féminin. † Ce qui est fait maintenant.

Le programme du Tour de France féminin

Etape 1 : Paris Tour Eiffel – Champs-Elysées (82 km)
2ème étape : Meaux – Provins (135 km)
3ème étape : Reims – Epernay (133 km)
4ème étape : Troyes – Bar-sur-Aube (126 km)
5ème étape : Bar-le-Duc – Saint-Dié-des-Vosges (175 km)
Etape 6 : Saint-Dié-des-Vosges – Rosheim (128 km)
Etape 7 : Sélestat – Le Markstein (127 km)
Etape 8 : Lure – La Super Planche des Belles Filles (123 km)

A lire aussi :L’immense fierté de Marion RousseMarion Rousse, un clin d’œil à Alaphilippe