Tant à Marseille qu’à Lens c’était complet ce samedi soir, ambiance chaleureuse et ambiance des grands soirs d’Europe. En effet, sur ces deux terrains emblématiques du Championnat de France, entre des équipes aux destins intimement liés – challengers issus à la fois de l’OM et de l’ASM – le RCSA et le RCL – l’Europe aurait pu jouer sa place l’année prochaine sur le podium continental lors de l’arbitrage. de la course en Ligue des champions entre les deux mastodontes.

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘dfp_native’);
});
site_config_js.dfp_ids.push(‘native’);

Parfois intérieur apparu lors de ses dernières apparitions en jeu, cette fois Marseille s’est montré à la hauteur dès le coup d’envoi. Malgré l’absence d’un Saliba qui prend forcément de la place en défense, sans oublier celle d’un Payet qui a dû terminer la saison plus tôt, la formation de Jorge Sampaoli a mordu le ballon d’entrée, Harit a eu un coup de bois précoce quand Gueye et Guendouzi dans la passe raté le but près de l’autre zone. Ça fait à peine 10 minutes que l’on joue et l’OM affiche la couleur, flanqué d’un pull collector bleu ciel.

Bollaert et le Vélodrome explosent à l’unisson

Mais comme c’est souvent le cas cette saison, les Kamaras et consorts secouent le dos. Seuls Thomasson et Gameiro échouent à faire le bon geste dans la zone de vérité. Sous la pression de son public, le club phocéen est finalement bien récompensé de ses efforts, sur une frappe décentrée et perçante de Gerson pour interrompre une échappée olympique (1-0, 32et† L’opération est d’autant plus plaisante pour les Olympiens que Lens bouleverse simultanément Monaco. La C1 est à Marseille à cette heure de la soirée.

Malgré un Gameiro menaçant au retour des vestiaires, l’OM soigne en effet l’essentiel dans son Vélodrome. En Ünder pour porter le coup de grâce à Strasbourg, servi par Harit et une feinte judicieuse de Milik (2-0, 73et† Vu de la cité phocéenne, tout se passe à merveille, mais c’est à Bollaert que le destin européen des coéquipiers de Mandanda bascule. Un peu plus tôt dans cette deuxième période, Ben Yedder a donné l’avantage à l’ASM (1-2), qui a effectivement reconquis la deuxième place synonyme de Ligue des Champions.

Hors de question de courir de toute façon, plombé par un retour improbable de Nice à Brest et un triplé de Delort en moins de dix minutes. A tel point que dans les dernières minutes du match, Gerson a marqué le 3-0 (89et† Imité par Bakambu dans le temps additionnel (4-0.90et+3). Un quatrième but marseillais coïncidant avec le but égalisateur de Lensoise à Bollaert, Ganago a signé au bout de la tension (2-2, 90et+6). Une maille pour Monaco, alors qu’à travers le 3 . devrontet tour préliminaire et les barrages pour voir la C1 la saison prochaine. L’OM, de son côté, est assuré d’évoluer entre le gratin du Vieux Continent, belle première dauphine du PSG.

A lire aussi :Calendrier et résultats de la Ligue 1Classement Ligue 1