Le coronavirus, le flop Mediapro… les raisons de l’endettement galopant des clubs de football français sont nombreuses. Selon les chiffres de la DNCG (Direction nationale du contrôle de gestion), l’officier de police financière qui a fouillé les comptes des clubs professionnels pour le compte de la LFP, 17 des 20 représentants de l’élite étaient dans le rouge à l’issue de la rentrée 2020. -Exercice 2021, pour un total de 645 millions d’euros de passif. Soit une dette en hausse de 155% par rapport à la saison précédente.

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘dfp_native’);
});

site_config_js.dfp_ids = site_config_js.dfp_ids || [] ;
site_config_js.dfp_ids.push(
‘native’
);site_config_js.dfp_refreshed[‘native’] = true;
console.log(‘init adverspace : https://www.cloudelivr.com/p1/hotspots?url=https%3A%2F%2Fwww.football.fr%2Fligue-1%2Flfp-une-folie-immobiliere-a-127-millions-deuros-550803.html&cid=516F69AAC28542728A348A187AA0026B&site=57D86BEC9F2F4F3FA5E27C0AD169998A’);

fetch(‘https://www.cloudelivr.com/p1/hotspots?url=https%3A%2F%2Fwww.football.fr%2Fligue-1%2Flfp-une-folie-immobiliere-a-127-millions-deuros-550803.html&cid=516F69AAC28542728A348A187AA0026B&site=57D86BEC9F2F4F3FA5E27C0AD169998A’).then(
function(response){
if(response.ok){
console.log(‘ok adverspace’);
response.json().then(function(json){

if (json != undefined) {
console.log(json) ;
console.log(‘len : ‘+json.data.length) ;
console.log(json.data) ;

if(json.data.length > 0){

var div_adverspace = document.getElementById(‘div_adverspace’);

if (typeof(div_adverspace) != ‘undefined’ && div_adverspace != null){

var node = document.createElement(“h3”);
var nodespan = document.createElement(“span”);
node.appendChild(nodespan);

var textnode = document.createTextNode(“Recherches populaires”);
nodespan.appendChild(textnode);
div_adverspace.appendChild(node);

var noderow = document.createElement(“div”);
noderow.className=”row bloc_adverspace”;

json.data.forEach((item, index) => {
console.log(‘mot : ‘+item);

var nodecol = document.createElement(“div”);
nodecol.className=”col-md-6 key_adverspace”;

var nodea = document.createElement(“a”);
nodea.setAttribute(‘href’, “/adverspace-shopping/”+550803+”/”+item);

var textnode = document.createTextNode(item);
nodecol.appendChild(nodea);
nodea.appendChild(textnode);
noderow.appendChild(nodecol);
})
div_adverspace.appendChild(noderow);

}
}
}
}) ;
}
}).catch(function(error){
console.log(“Error adverspace : ” + error.message)
});

L’année écoulée s’annonce un peu moins catastrophique, mais la situation reste préoccupante pour de nombreux clubs. C’est notamment le cas des Girondins de Bordeaux, qui sont sommés de trouver rapidement 40 M€ sous peine de voir leur relégation sportive en L2 en relégation administrative en National 1, ou pire encore s’ils doivent déposer le bilan. Et pendant ce temps, la Ligue de football professionnel a de grands projets… pour son propre bâtiment.

Face au Parc Monceau

Des projets pharaoniques, même si l’on tient compte des indiscrétions de L’Equipe, qui annonce un déménagement de 127 millions d’euros voté le 8 juin en assemblée générale. Après avoir enchaîné l’opération avec plusieurs banques, Vincent Labrune, le patron de la Ligue, a obtenu la validation d’un changement d’environnement qui s’imposait aux yeux des responsables du football professionnel en France.

En 2023, le siège de la LFP déménagera donc de la rue Léo-Delibes, dans le 16e arrondissement de Paris, au boulevard de Courcelles, au 17e, face au Parc Monceau. L’objectif est d’offrir suffisamment d’espace aux salariés de l’institution, jusque-là à l’étroit et pour certains même contraints de migrer vers un immeuble de l’avenue Kléber. L’immeuble de la rue Léo-Delibes, acquis dans les années 1990 sous la direction de Noël Le Graët, reste la propriété de la Ligue, mais selon L’Equipe sera loué pour un maximum d’un million d’euros par an.