Les choses ne vont pas bien pour Antoine Griezmann. Les Mâconnais n’ont pas réussi à trouver des couleurs sur ce rallye avec l’équipe de France, qui sortait d’une saison décevante avec l’Atlético de Madrid. Mis à part sa rareté devant le but – il n’a pas marqué depuis début janvier – l’ancien joueur de Barcelone a été très neutre dans sa contribution au jeu. Il semble timide, emprunté et manque de confiance. Le symbole ? Cette perte de possession dans son camp amène le but autrichien à Vienne (1-1).

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘dfp_native’);
});

site_config_js.dfp_ids = site_config_js.dfp_ids || [] ;
site_config_js.dfp_ids.push(
‘native’
);site_config_js.dfp_refreshed[‘native’] = true;
console.log(‘init adverspace : https://www.cloudelivr.com/p1/hotspots?url=https%3A%2F%2Fwww.football.fr%2Fequipe-de-france%2Fles-bleus-sans-griezmann-cest-possible-548249.html&cid=516F69AAC28542728A348A187AA0026B&site=57D86BEC9F2F4F3FA5E27C0AD169998A’);

fetch(‘https://www.cloudelivr.com/p1/hotspots?url=https%3A%2F%2Fwww.football.fr%2Fequipe-de-france%2Fles-bleus-sans-griezmann-cest-possible-548249.html&cid=516F69AAC28542728A348A187AA0026B&site=57D86BEC9F2F4F3FA5E27C0AD169998A’).then(
function(response){
if(response.ok){
console.log(‘ok adverspace’);
response.json().then(function(json){

if (json != undefined) {
console.log(json) ;
console.log(‘len : ‘+json.data.length) ;
console.log(json.data) ;

if(json.data.length > 0){

var div_adverspace = document.getElementById(‘div_adverspace’);

if (typeof(div_adverspace) != ‘undefined’ && div_adverspace != null){

var node = document.createElement(“h3”);
var nodespan = document.createElement(“span”);
node.appendChild(nodespan);

var textnode = document.createTextNode(“Recherches populaires”);
nodespan.appendChild(textnode);
div_adverspace.appendChild(node);

var noderow = document.createElement(“div”);
noderow.className=”row bloc_adverspace”;

json.data.forEach((item, index) => {
console.log(‘mot : ‘+item);

var nodecol = document.createElement(“div”);
nodecol.className=”col-md-6 key_adverspace”;

var nodea = document.createElement(“a”);
nodea.setAttribute(‘href’, “/adverspace-shopping/”+548249+”/”+item);

var textnode = document.createTextNode(item);
nodecol.appendChild(nodea);
nodea.appendChild(textnode);
noderow.appendChild(nodecol);
})
div_adverspace.appendChild(noderow);

}
}
}
}) ;
}
}).catch(function(error){
console.log(“Error adverspace : ” + error.message)
});

Griezmann, l’essentiel ?

Alors il faut sauver le soldat Griezmann… ou sans lui ? Cette deuxième option n’est pas celle que Didier Deschamps a choisie, du moins pas pour l’instant, car le champion du monde 2018 est l’un des cadres de l’entraîneur, peut-être même son joueur numéro 1. Preuve, il a disputé les 64 derniers matchs des Bleus, un record dans ce domaine. “Grizi” est donc incontournable, mais il y a moyen de le faire sans lui quand même. Voici trois calendriers que Deschamps pourrait utiliser contre la Croatie lundi.

En 3-5-2 avec Nkunku

Deschamps a choisi ce système en 3-5-2, ou plutôt en 3-4-1-2, car il permettait à ses trois attaquants principaux d’évoluer ensemble dans l’axe. Le problème, c’est qu’il n’y a pas vraiment d’autre numéro 10 sur la liste que le coach a préparée pour cette rencontre. Dans le groupe actuel, c’est Christopher Nkunku qui a le profil le plus apte pour évoluer derrière la paire Benzema-Mbappé. Passeur décisif pour le Madrid contre le Danemark que pour le Parisien en Autriche, le joueur de Leipzig est une grande satisfaction pour ce mois de juin. Sa relation avec Benzema et Mbappé progresse. Mais en club, il joue plus en tant que deuxième attaquant qu’en tant que numéro 10, en tant que meneur de jeu derrière deux points. Milieu de terrain de formation, il sait cependant s’adapter.

La composition possible des Bleus : Lloris – Pavard, Koundé Kimpembe – Coman, Tchouaméni, Rabiot, T. Hernandez – Nkunku – Benzema, Mbappe.

Au 4-4-2, avec Rabiot

Le coach a déjà deux jeux de retard sur son 4-4-2, qui flirte avec le 4-2-3-1. A chaque fois on a trouvé un duo avec un point (Ben Yedder puis Benzema) et un joueur dans le rôle de deuxième attaquant, capable de décrocher et de combiner (Nkunku puis Griezmann). Deschamps peut le remettre, surtout si Mbappe est encore trop honnête pour commencer. D’un côté, il peut faire reculer Adrien Rabiot, pour avoir plus de certitudes.

La composition possible des Bleus : Lloris – Pavard, Koundé, Kimpembe, T. Hernandez – Coman (ou Diaby), Tchouaméni, Kamara (ou Guendouzi), Rabiot – Benzema, Nkunku (ou Mbappé).

En 4-3-3, pour un retour aux sources

Le 4-3-3 était le schéma préféré de Deschamps lorsqu’il est arrivé chez les Bleus, mais il n’a jamais été tout à fait satisfaisant, du moins sur la durée. Il ne correspond pas vraiment à la liste actuelle, où cinq des sept attaquants retenus préfèrent jouer au centre, et les blessures de Pogba et Kante ont dépeuplé le milieu de terrain. Mais “DD” peut réessayer.

La composition possible des Bleus : Lloris – Pavard, Koundé, Kimpembe, T. Hernandez – Tchouaméni, Kamara, Rabiot – Coman, Benzema, Mbappé.

A lire aussi :Les notes des Bleus : Griezmann, ce n’est pas (encore)Autriche-France, le film de la compétition