Julian Alaphilippe a retrouvé le sourire. S’il ressent encore la terrible chute subie sur les routes de Liège-Bastogne-Liège le 24 avril, avec deux côtes cassées, une omoplate cassée et une pneumonie, le coureur de QuickStep va mieux. « Ma convalescence se passe bien et la douleur est moins intense. Je respire beaucoup mieux et tout va dans le bon sens »il a écrit le week-end dernier.

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘dfp_native’);
});

site_config_js.dfp_ids = site_config_js.dfp_ids || [] ;
site_config_js.dfp_ids.push(
‘native’
);site_config_js.dfp_refreshed[‘native’] = true; A lire aussi : Marion Rousse, le grand soulagement

La reprise progresse et ce 12 mai devrait marquer une étape importante. Le champion du monde bicolore devra subir une série d’examens qui devraient permettre d’établir plus précisément la durée de son indisponibilité et ainsi de savoir si le résident de Saint-Amand-Montrond pourra être au départ de le Tour de France, début juillet.

C’est court, mais avec le talent qu’il a…

Il a rendez-vous à l’hôpital le 12 mai pour faire le point sur ses fractures† D’ici là, nous saurons s’il a le feu vert du médecin pour reprendre le vélo. Ensuite, nous décidons pour le Tour de France », Patrick Lefevere, le manager du QuickStep, s’est récemment expliqué sur sa présence à la Grande Boucle : « C’est court, mais avec le talent qu’il a, ça devrait être possible. † Et aussi parce qu’avec l’optimiste naturel de Julian Alaphilippe, « Nous récupérons toujours plus vite. †

Pourtant, le patron de QuickStep avait confié son inquiétude concernant la blessure d’un de ses coureurs. « L’une des côtes, celle qui a percé le poumon de Julian et causé le pneumothorax, a vraiment beaucoup bougé et a la fracture la plus importante. Et c’est elle qui nous inquiète un peu », avait-il expliqué.