Un ancien joueur de tennis succède à un ancien nageur ! Amélie Oudéa-Castéra est la nouvelle ministre des Sports, succédant à Roxana Maracineanu, en poste depuis juillet 2020. Après plusieurs jours d’attente, le secrétaire général de l’Elysée Alexis Kohler a fait la composition du gouvernement d’Elizabeth Borne ce vendredi à 16h15, et comme les rumeurs le disent depuis un moment, Amélie Oudéa-Castéra est l’heureuse candidate au ministère des Sports, appelé aussi officiellement « ministère des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques », un peu plus de deux ans après les JO de Paris. Le Parisien de 44 ans occupe le poste de directeur général de la Fédération française de tennis depuis mars 2021, suite à l’élection de Gilles Moretton à la tête de la FFT.

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘dfp_native’);
});
site_config_js.dfp_ids.push(‘native’);

“AOC” dans la même ligue que Macron à l’ENA

Amélie Oudéa-Castéra a brillé parmi les jeunes du tennis en remportant notamment le prestigieux Orange Bowl en 1992, à l’âge de 14 ans. Elle a également été championne de France et demi-finaliste à l’US Open, Roland-Garros et Wimbledon chez les juniors en 1993 et ​​1994. Mais le passage aux seniors a été plus compliqué, terminant 251e au meilleur classement mondial et arrêtant finalement une carrière professionnelle à 18 ans. “AOC1978”, comme elle se fait appeler sur Twitter, a ensuite repris ses études, et assez brillamment, puisqu’elle a obtenu une maîtrise de droit puis est diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’Ecole supérieure d’économie sociale, puis de l’ENA, où elle était dans la même promotion qu’Emmanuel Macron en 2004. Mariée à Frédéric Oudéa, futur ex-PDG de la Société Générale (il quittera ses fonctions en 2023, et mère de trois enfants, Amélie Oudéa-Castéra a travaillé à la Cour des comptes, puis au sein du groupe spécialisé dans les assurances Axa, elle a ensuite été administrateur du groupe Carrefour et président du comité d’audit de Paris 2024 à 2019. A deux jours du début de Roland-Garros, la FFT perd ainsi son directeur général, qui sera présent dès ce lundi à l’Elysée devant les Premiers ministres du second mandat d’Emmanuel Macron.