On ne peut pas se fier aux images de vidéosurveillance pour faire la lumière sur les incidents qui ont perturbé la finale de la Ligue des champions entre le Real Madrid et Liverpool au Stade de France. Et ce n’est pas pour rien que ces preuves n’existent plus. C’est ce qu’a déclaré un responsable de la FFF jeudi lors des auditions du Sénat français.

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘dfp_native’);
});

site_config_js.dfp_ids = site_config_js.dfp_ids || [] ;
site_config_js.dfp_ids.push(
‘native’
);site_config_js.dfp_refreshed[‘native’] = true;
console.log(‘init adverspace : https://www.cloudelivr.com/p1/hotspots?url=https%3A%2F%2Fwww.football.fr%2Fligue-des-champions%2Fincidents-au-stade-de-france-des-preuves-ont-ete-detruites-547739.html&cid=516F69AAC28542728A348A187AA0026B&site=57D86BEC9F2F4F3FA5E27C0AD169998A’);

fetch(‘https://www.cloudelivr.com/p1/hotspots?url=https%3A%2F%2Fwww.football.fr%2Fligue-des-champions%2Fincidents-au-stade-de-france-des-preuves-ont-ete-detruites-547739.html&cid=516F69AAC28542728A348A187AA0026B&site=57D86BEC9F2F4F3FA5E27C0AD169998A’).then(
function(response){
if(response.ok){
console.log(‘ok adverspace’);
response.json().then(function(json){

if (json != undefined) {
console.log(json) ;
console.log(‘len : ‘+json.data.length) ;
console.log(json.data) ;

if(json.data.length > 0){

var div_adverspace = document.getElementById(‘div_adverspace’);

if (typeof(div_adverspace) != ‘undefined’ && div_adverspace != null){

var node = document.createElement(“h3”);
var nodespan = document.createElement(“span”);
node.appendChild(nodespan);

var textnode = document.createTextNode(“Recherches populaires”);
nodespan.appendChild(textnode);
div_adverspace.appendChild(node);

var noderow = document.createElement(“div”);
noderow.className=”row bloc_adverspace”;

json.data.forEach((item, index) => {
console.log(‘mot : ‘+item);

var nodecol = document.createElement(“div”);
nodecol.className=”col-md-6 key_adverspace”;

var nodea = document.createElement(“a”);
nodea.setAttribute(‘href’, “/adverspace-shopping/”+547739+”/”+item);

var textnode = document.createTextNode(item);
nodecol.appendChild(nodea);
nodea.appendChild(textnode);
noderow.appendChild(nodecol);
})
div_adverspace.appendChild(noderow);

}
}
}
}) ;
}
}).catch(function(error){
console.log(“Error adverspace : ” + error.message)
});

« Les images sont disponibles pendant sept jours. Ils sont alors automatiquement détruits. Nous aurions dû avoir une réquisition pour les distribuer aux différentes populations. Depuis que je suis assis au PC de sécurité avec Didier (Pinteaux, responsable sécurité FFF) toute la journée, les images sont extrêmement violentes »Erwan Le Prévost, directeur des relations institutionnelles et internationales de la fédération, a déclaré dans les commentaires de RMC.

La justice n’a rien demandé

Une révélation qui a fait bondir le sénateur socialiste David Assouline. † Ce qui vient d’être dit est très important, voire sérieux, maudit l’élu. Les preuves ont été détruites par incompétence dans tous les cas. Je ne veux pas penser que cela a été fait exprès. C’est très grave. C’est une responsabilité gouvernementale très importante. †

Concrètement, c’était au procureur de la République de demander à voir les images des caméras. Cela n’a pas fonctionné car l’accent était mis sur la polémique autour des billets contrefaits, plutôt que sur les nombreuses attaques dénoncées autour du stade. Et comme aucune demande n’a été formulée dans les sept jours, délai autorisé par la loi, les images du samedi 28 mai sur les serveurs ont été remplacées par des données plus récentes.

Lallement avoue “un échec”, mais…

Plus tôt dans la journée, le préfet de police Didier Lallement avait auditionné. Il avait reconnu que cette soirée était… un échec », et que « l’image du pays a été ébranlée. † En revanche, il ne regrette absolument pas d’avoir utilisé la violence contre les supporters de Liverpool.

«Nous avons utilisé des gaz lacrymogènes, le seul moyen que nous connaissions de la police pour réprimer une foule, autre que de les charger. Je pense que cela aurait été une erreur de poursuivre les gens. Le gaz lacrymogène a fonctionné. Je suis bien conscient que des personnes de bonne foi ont été gazées, parfois même des familles, je suis désolé mais il le fallait.” a-t-il assuré, satisfait d’avoir “Assurez-vous que la compétition se déroule et, surtout, qu’il n’y ait pas de blessés graves ni de décès. †