Kheira Hamraoui est sortie de son silence. Sept mois après l’horrible attentat dont elle a été victime début novembre, la milieu de terrain tricolore est depuis longtemps revenue dans les colonnes de L’Equipe sur ce qui est à ses yeux “un véritable guet-apens”. † J’ai vécu une attaque d’une violence incroyable, dit-elle. Deux inconnus encagoulés m’ont fait sortir de la voiture dans laquelle j’étais pour me frapper aux jambes avec des barres de fer. Cette nuit-là, j’ai vraiment cru que j’allais rester là… J’ai hurlé de douleur. J’ai essayé de me protéger au maximum. Cette scène a duré cinq minutes pour moi. C’était insupportable. J’en garde un souvenir très douloureux, très lourd.

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘dfp_native’);
});

site_config_js.dfp_ids = site_config_js.dfp_ids || [] ;
site_config_js.dfp_ids.push(
‘native’
);site_config_js.dfp_refreshed[‘native’] = true;
console.log(‘init adverspace : https://www.cloudelivr.com/p1/hotspots?url=https%3A%2F%2Fwww.football.fr%2Fpsg%2Fdiallo-les-explications-dhamraoui-549066.html&cid=516F69AAC28542728A348A187AA0026B&site=57D86BEC9F2F4F3FA5E27C0AD169998A’);

fetch(‘https://www.cloudelivr.com/p1/hotspots?url=https%3A%2F%2Fwww.football.fr%2Fpsg%2Fdiallo-les-explications-dhamraoui-549066.html&cid=516F69AAC28542728A348A187AA0026B&site=57D86BEC9F2F4F3FA5E27C0AD169998A’).then(
function(response){
if(response.ok){
console.log(‘ok adverspace’);
response.json().then(function(json){

if (json != undefined) {
console.log(json) ;
console.log(‘len : ‘+json.data.length) ;
console.log(json.data) ;

if(json.data.length > 0){

var div_adverspace = document.getElementById(‘div_adverspace’);

if (typeof(div_adverspace) != ‘undefined’ && div_adverspace != null){

var node = document.createElement(“h3”);
var nodespan = document.createElement(“span”);
node.appendChild(nodespan);

var textnode = document.createTextNode(“Recherches populaires”);
nodespan.appendChild(textnode);
div_adverspace.appendChild(node);

var noderow = document.createElement(“div”);
noderow.className=”row bloc_adverspace”;

json.data.forEach((item, index) => {
console.log(‘mot : ‘+item);

var nodecol = document.createElement(“div”);
nodecol.className=”col-md-6 key_adverspace”;

var nodea = document.createElement(“a”);
nodea.setAttribute(‘href’, “/adverspace-shopping/”+549066+”/”+item);

var textnode = document.createTextNode(item);
nodecol.appendChild(nodea);
nodea.appendChild(textnode);
noderow.appendChild(nodecol);
})
div_adverspace.appendChild(noderow);

}
}
}
}) ;
}
}).catch(function(error){
console.log(“Error adverspace : ” + error.message)
});
Lire aussi : Hamraoui, une “scène insoutenable”

En effet, l’attaque a eu de graves conséquences. Surtout pour le vestiaire du PSG. Pas seulement à cause de l’attentat lui-même, mais aussi à cause de la garde à vue d’Aminata Diallo, qui était présente aux côtés de l’ancien barcelonais le soir de l’attentat. Kheira Hamraoui a rapidement soupçonné que son coéquipier était impliqué, ce qui a conduit à son arrestation de 36 heures avant d’être libérée sans inculpation.

Que chacun reste à sa place

“Je ne prends pas la parole aujourd’hui pour parler de l’enquête, confié au Nordiste, désireux d’entrer en contact. Une chose est sûre, j’ai été victime d’une terrible attaque. Je ne participe pas à ce « tribunal médiatique », je n’en ai pas envie. J’ai été entendu par les détectives, j’ai raconté ce que j’avais vécu. Que chacun reste en place. Je ne suis ni juge, ni enquêteur, ni procureur. J’espère que les tribunaux feront la lumière sur cette affaire. De nombreuses pistes ont été explorées. C’est le rôle des détectives. †

Un dressing sous le choc

Pourtant, Kheira Hamraoui admet volontiers que le vestiaire parisien a été durement touché par cet épisode. “Quand je les ai trouvées, j’ai senti un vestiaire sous le choc. Il y avait une ambiance pesante. Les filles étaient tiraillées entre l’incompréhension, la peur et la colère. La grande majorité d’entre elles m’ont soutenu.” expliqua-t-elle en pensant à elle-même “touché par le soutien de tout le staff et du club”† A ses yeux, la photo n’était pas aussi noire que certains le prétendent. « Dégénéré est un bien grand mot. Pour moi il y avait des amalgames, des malentendus, des non-dits qui servaient le collectif. Cela aurait pu se passer différemment. Avec le recul, je me dis que chacun a fait ce qu’il a pu. Je pense qu’il faut faire preuve d’un peu d’empathie dans une situation aussi extrême. Imaginez un vestiaire paisible subissant une onde de choc sans précédent. C’est très difficile à gérer”dit-elle sur le sujet.

Disponible pour le club

Elle a également fait l’effort de minimiser l’affrontement qu’elle a eu avec Baltimore, ce qui lui a valu d’être bannie du groupe. « A la fin de la formation, nous n’étions pas d’accord sur l’action. Je lui ai dit de me parler parce qu’elle était derrière moi. Il n’y avait que des mots. Mais comme c’est désormais le cas, tous les jours, dans tous les clubs, filles ou garçons ! On parlait d’une main levée de ma part sur mon partenaire, qui n’a jamais existé”martelait-elle avant de se dire : disponible pour le club pour la saison prochaine. †

A lire aussi :Valise Hamraoui : Le Nouveau Twist !Hamraoui, éclair dans l’affaire de l’agressionÇa ne marche pas pour Hamraoui