Débutée en fanfare après avoir été sacrée au Championnat d’Europe qui l’a porté au rang de meilleur gardien du monde, la saison de Gianluigi Donnarumma terminé dans la douleur. Et pas seulement à cause de la cohabitation difficile avec Clélor Navas dans les buts parisiens. L’hiver a en effet été marqué par deux déconvenues majeures pour le gardien transalpin : l’élimination du PSG confronté à Real Madrid en Ligue des champions que l’Italie en barrages de la Coupe du monde.

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘dfp_native’);
});
site_config_js.dfp_ids.push(‘native’);

Et le fiasco du club de la capitale a été d’autant plus difficile à digérer qu’il porte une lourde responsabilité dans la défaite des Rouge et Bleu à Santiago Bernabeu. Alors que les Parisiens avaient le jeu en main et semblaient se diriger vers une qualification tranquille, l’ancien Milanais a été surpris par Karim Benzema alors qu’il tentait de dégager le ballon proprement. Une action que le gardien italien n’a clairement pas pu digérer.

“Le but n’était pas valable”a-t-il également affirmé lors d’un entretien avec l’AFP, assurant ne pas culpabiliser : « Non, absolument pas, on sait comment c’est arrivé, je ne suis coupable de rien. † Mais cette prétendue erreur, dit-il, ne suffit pas à expliquer l’effondrement des Parisiens face aux Merengue. “On aurait pu mieux gérer la suite”, il a reconnu et ajouté : “Maintenant, nous devons regarder vers l’avant maintenant, ce qui est parti est parti, nous ne pouvons rien faire pour revenir en arrière et rejouer la Ligue des champions bientôt pour montrer à tout le monde qui nous sommes. Nous avons été touchés, les jours qui ont suivi n’ont pas été faciles, mais nous ne pouvait pas faire plus à ce sujet.