Deux côtes cassées, une omoplate cassée et un pneumothorax : si Julian Alaphilippe avait échappé au pire, le bilan de sa chute, à une soixantaine de kilomètres de l’arrivée de Liège-Bastogne-Liège, n’aurait pas été moins sévère. De quoi le contraindre à rester quelques jours à l’hôpital.

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘dfp_native’);
});
site_config_js.dfp_ids.push(‘native’);
A lire aussi : Alaphilippe, le verdict est tombé !

L’une des côtes, celle qui a percé le poumon de Julian et causé le pneumothorax, a vraiment beaucoup bougé et a la fracture la plus importante. Et c’est elle qui nous inquiète un peu », a expliqué Patrick Lefevere, le responsable du Quick-Step, avant de prendre rendez-vous pour le 12 mai pour de nouveaux examens. Et c’est l’heure du soulagement pour l’habitant de Saint-Amand-Montrond. “Les examens ont montré que le pneumothorax dont il souffrait cette chute il y a trois semaines avait complètement disparu”a en effet fait savoir à l’équipe belge, en déclarant: “Cela signifie que Julian peut désormais reprendre un entraînement léger sur des rouleaux. †

ça doit être possible

Malgré la gravité de son pneumothorax, Julian Alaphilippe est sur la bonne voie et peut désormais se concentrer sur le Tour de France, qui démarre début juillet. Le compte à rebours est lancé et le Français a désormais à peine 50 jours pour être opérationnel. † C’est court mais avec le talent qu’il a ça devrait être possible.s’était confié le patron du Quick-Step, ajoutant qu’avec l’optimiste naturel de Julian Alaphilippe, « Nous récupérons toujours plus vite. †

Le côté dur du mal du Français plaide aussi en sa faveur“Je pense qu’il est possible qu’on voie Julian sur les routes du Tour, a déclaré Laurent Jalabert au micro de RTL. Vous devez savoir qu’une fracture prend environ six semaines pour se consolider complètement. Six semaines, c’est encore assez long, presque mi-juin, mais cela ne veut pas dire qu’il ne pourra pas enfourcher son vélo plus tôt, tout dépendra de sa capacité à supporter cette douleur. †