Tout ne va pas si mal pour Julian Alaphilippe. Après avoir atteint le pire lors de sa terrible chute à Liège-Bastogne-Liège, le champion du monde se remet plutôt bien de ses blessures. Les dernières nouvelles à son sujet sont pour le moins rassurantes.et sa participation au Tour de France, qui semblait très incertaine compte tenu de ses fractures, semble désormais en bonne voie.

googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘dfp_native’);
});
site_config_js.dfp_ids.push(‘native’);

On peut renverser les choses et se demander si la blessure d’Alaphilippe ne serait pas une bénédiction déguisée. On connaît bien le personnage, qui a les défauts de ses qualités. Trop généreux sur le vélo, il oublie parfois d’arrondir les angles. Fin 2021, alors qu’il faisait le bilan de sa première année dans l’arc-en-ciel, le Français lui confiait qu’il avait le sentiment d’avoir fait trop, trop d’efforts pour honorer le maillot. †

L’avantage de la fraîcheur :

Désormais c’est ici à l’arrêt forcé. Il passera un bon moment avec sa famille, garde le moral. Et qui sait si cette coupe ne tournera pas bien, en lui offrant un supplément de fraîcheur pour la suite de la saison. Après tout, un coureur comme Mathieu van der Poel ne semble pas avoir été trop sévèrement puni en arrêtant l’entraînement pendant quelques semaines en janvier pour soigner un problème au genou. Le Néerlandais s’est tout de suite mis à un bon niveau dans les classiques et a notamment remporté le Tour des Flandres. Et il se sent plutôt à l’aise dans le Giro d’Italia en ce moment.

Alaphilippe est fait du même bois que Van der Poel. Il est tout à fait capable d’arriver sur le Tour de France en assez bonne forme physique pour prendre quelques coups. Il ne vise pas le classement général, donc ce n’est pas un problème si le manque d’entraînement le désavantage certains jours. Tant qu’il lui reste quelques cartouches à jouer, c’est le principal. Et garder un peu de fraîcheur pour les championnats du monde, à la fin de l’été, peut aussi être un atout…